A tous les enfants et petits enfants des combattants de l'armée de la République Espagnole,et des forces antifacistes:
Guerilléros,
Brigadistas,
Socialistes,
Communistes,
Anarchistes de la FAI,
Membres du POUM,
Syndicalistes de la CNT
Francs Maçons,
réfugiés de tous
âges, et à tous ceux qui ont combattu pour la Liberté durant la Guerre Civile d' ESPAGNE de 1936, ce blog vous est ouvert pour raconter ou découvrir
LA MÉMOIRE DE NOS PÈRES.


Pour éditer vos documents et témoignages dans ce blog écrivez à l'adresse email ci-dessous, vous pouvez aussi répondre directement dans la rubrique commentaires en fin d'article:
vrann.dansief@gmail.com

LA "RETIRADA"

LA "RETIRADA"
Ils étaient parmis eux...

jeudi 21 février 2008

LES CRE Camps de Regroupement des Etrangers 1939-45

Le premier camp en 1939 est destiné "aux étrangers à surveillance spéciale permanente dans l'intérêt de l'ordre et de la sécurité publique". Les Espagnols et les étrangers qui rentrent des Brigades internationales qui ont combattu Franco sont particulièrement désignés. A Gurs, on interne les "individus dangereux pour la défense nationale et l'ordre public".

«Il fallait organiser la survie à l'intérieur des camps. Il y avait ceux qui mangeaient et ceux qui n'y parvenaient pas régulièrement. Le logement continuait d'être celui des huttes de roseaux et de chiffons. Il fallait se débrouiller pour ne pas mourir de froid. La démoralisation gagnait surtout les personnes âgées et celles qui avaient perdu leur famille.
Cette situation se prolongea dans certains camps jusqu'à juin. La construction de baraques, même tardive changea totalement l'aspect misérable de ces bidonvilles concentrationnaires.
La création des Compagnies de Travailleurs espagnols d'abord composées de volontaires décongestionna les camps.
Les gens étaient fatigués d'avoir faim fatigués de dormir sur le sable ; fatigués de tramer des poux ; fatigués de la dysenterie que provoquait l'eau qu'on tirait des pompes plantées dans le sol sablonneux près de la mer -, fatigués de voir les sentinelles, baïonnettes au canon , fatigués des marchés noirs , fatigués, enfin, de voir tous les jours des morts transportés sur les brancards
Ceux qui ne voulaient pas se soumettre risquaient d'être refoulés vers l'Espagne. Les suspects politiques étaient emmenés au fort de Collioure où ils étaient soumis à un régime pénitentiaire très sévère. L'évasion, tentation obsédante de celui qui se trouve enfermé, conduisit grand nombre en Maison d'arrêt... et ils se voyaient accusés d'avoir transgressé la loi sur le séjour des étrangers en France. C'était alors la prison de Toulouse»
500 000 espagnols réfugiés sont ainsi internés. Ils se voient refuser le statut de réfugié politique et beaucoup seront déportés à Mauthausen ou Buchenwald. Source : http://www.memoire-net.org/etran/etran5.html

Aucun commentaire: