A tous les enfants et petits enfants des combattants de l'armée de la République Espagnole,et des forces antifacistes:
Guerilléros,
Brigadistas,
Socialistes,
Communistes,
Anarchistes de la FAI,
Membres du POUM,
Syndicalistes de la CNT
Francs Maçons,
réfugiés de tous
âges, et à tous ceux qui ont combattu pour la Liberté durant la Guerre Civile d' ESPAGNE de 1936, ce blog vous est ouvert pour raconter ou découvrir
LA MÉMOIRE DE NOS PÈRES.


Pour éditer vos documents et témoignages dans ce blog écrivez à l'adresse email ci-dessous, vous pouvez aussi répondre directement dans la rubrique commentaires en fin d'article:
vrann.dansief@gmail.com

LA "RETIRADA"

LA "RETIRADA"
Ils étaient parmis eux...

samedi 1 mars 2008

Don Quichotte ou Cervantès icône de la lutte contre la dictature franquiste ?

« Il a été dit que seulement deux livres traduits dans presque toutes les langues, étudiés et transmis de génération en génération avaient atteint l'immortalité. Ce sont La Bible et L'ingénieux Hidalgo Don Quichotte de la Manche. Il est presque inconcevable que Don Quichotte, considéré en son temps comme un simple livre de chevalerie errante, puisse être devenu le « best seller» constant que l'on sait .

Si, dès son apparition, la Bible voulait être, et a bien été, en un certain sens, l'explication des origines de l'Homme, de la préhistoire et de l'histoire, Don Quichotte , ce chef d'œuvre fondamental de la pensée de Cervantès, a été et demeure, l'esprit de l'aventure, de la lutte pour la justice et de l'exaltation de la personne humaine.

Si, dans certains chapitres, le Don Quichotte présente des caractéristiques quelque peu grossières et s'il eut même l'image de l'homme illuminé par les créations de son esprit, l'ensemble n'en constitue pas moins le symbole des luttes, des avatars et des tragédies vécues par Cervantès et par tant d'autres hommes qui, dès le Moyen-Age ont, de par leur courage et leur intelligence, marqué le rayonnement des siècles futurs….

La vie de Cervantès fut triste et riche en misères et en soucis de toutes sortes. Les écrivains de sa génération, considérés de grande valeur, ne daignaient même pas lire son chef d'œuvre. Ils le considéraient tout simplement comme un vulgaire livre de chevalerie. C'est ce qui porte atteinte au prestige de Cervantès, puisque par exemple, Calderon de la Barca et Lope de Vega (qui, eux, connurent la célébrité) ne lui adressaient que des critiques malveillantes. Nul ne peut mettre en doute la valeur de La vie est un songe , de Calderon, où foisonnent des pensées exemplaires. Mais, de tous les grands écrivains espagnols, il n'y en a qu'un qui ait fait preuve de cette immense imagination, toujours très équilibrée, c'est Cervantès. »

Federica Montseny 1988
PERMANENTE PROJECTION DE CERVANTES, À TRAVERS LES SIECLES (extraits)

Aucun commentaire: