A tous les enfants et petits enfants des combattants de l'armée de la République Espagnole,et des forces antifacistes:
Guerilléros,
Brigadistas,
Socialistes,
Communistes,
Anarchistes de la FAI,
Membres du POUM,
Syndicalistes de la CNT
Francs Maçons,
réfugiés de tous
âges, et à tous ceux qui ont combattu pour la Liberté durant la Guerre Civile d' ESPAGNE de 1936, ce blog vous est ouvert pour raconter ou découvrir
LA MÉMOIRE DE NOS PÈRES.


Pour éditer vos documents et témoignages dans ce blog écrivez à l'adresse email ci-dessous, vous pouvez aussi répondre directement dans la rubrique commentaires en fin d'article:
vrann.dansief@gmail.com

LA "RETIRADA"

LA "RETIRADA"
Ils étaient parmis eux...

samedi 23 février 2008

LE CAMP DE BRAM ( 11 )

"à en croire Antonio Soriano, quiconque y arrivait en provenance d’Argelès croyait découvrir "l’hôtel Sheraton"
B. Benassar : "La guerre d'Espagne"

jeudi 21 février 2008

LES CRE Camps de Regroupement des Etrangers 1939-45

Le premier camp en 1939 est destiné "aux étrangers à surveillance spéciale permanente dans l'intérêt de l'ordre et de la sécurité publique". Les Espagnols et les étrangers qui rentrent des Brigades internationales qui ont combattu Franco sont particulièrement désignés. A Gurs, on interne les "individus dangereux pour la défense nationale et l'ordre public".

«Il fallait organiser la survie à l'intérieur des camps. Il y avait ceux qui mangeaient et ceux qui n'y parvenaient pas régulièrement. Le logement continuait d'être celui des huttes de roseaux et de chiffons. Il fallait se débrouiller pour ne pas mourir de froid. La démoralisation gagnait surtout les personnes âgées et celles qui avaient perdu leur famille.
Cette situation se prolongea dans certains camps jusqu'à juin. La construction de baraques, même tardive changea totalement l'aspect misérable de ces bidonvilles concentrationnaires.
La création des Compagnies de Travailleurs espagnols d'abord composées de volontaires décongestionna les camps.
Les gens étaient fatigués d'avoir faim fatigués de dormir sur le sable ; fatigués de tramer des poux ; fatigués de la dysenterie que provoquait l'eau qu'on tirait des pompes plantées dans le sol sablonneux près de la mer -, fatigués de voir les sentinelles, baïonnettes au canon , fatigués des marchés noirs , fatigués, enfin, de voir tous les jours des morts transportés sur les brancards
Ceux qui ne voulaient pas se soumettre risquaient d'être refoulés vers l'Espagne. Les suspects politiques étaient emmenés au fort de Collioure où ils étaient soumis à un régime pénitentiaire très sévère. L'évasion, tentation obsédante de celui qui se trouve enfermé, conduisit grand nombre en Maison d'arrêt... et ils se voyaient accusés d'avoir transgressé la loi sur le séjour des étrangers en France. C'était alors la prison de Toulouse»
500 000 espagnols réfugiés sont ainsi internés. Ils se voient refuser le statut de réfugié politique et beaucoup seront déportés à Mauthausen ou Buchenwald. Source : http://www.memoire-net.org/etran/etran5.html

lundi 18 février 2008

Accueil des réfugiés Espagnol à Château du Loir (37) 1937 - 1939


C'est pour cela que parmi vos amis il y a des Gomez, des Rueda, des Garcia ...

Voila un bel exemple d'intégration.

Nous remercions Anita Clément et Pierre Eprond pour ces documents et témoignages.

CARPENA, Pepita. "L’accueil de la France aux réfugiés espagnols"

Clermont L’Hérault 1940
Clermont L’Hérault 1940
Pepita Carpena. Photo : Pierre et AndréeFlores
document 3294 document 3295



mercredi 13 février 2008

A NE PAS MANQUER

Sur AMAZON.fr

mardi 12 février 2008

HOMMAGE D'ALBERT CAMUS AU DRAME DE LA GUERRE CIVILE

(vous pouvez voir la tombe d'Albert Camus au cimetière de Lourmarin en Lubéron prés d'Aix en Provence.)
« C'est en Espagne que ma génération a appris que l'on peut avoir raison et être vaincu, que la force peut détruire l'âme et que, parfois, le courage n'obtient pas de récompense. C'est, sans aucun doute, ce qui explique pourquoi tant d'hommes à travers le monde considèrent le drame espagnol comme étant une tragédie personnelle, la dernière grande cause. »
Albert Camus

dimanche 3 février 2008

LE ROI D'ESPAGNE SIGNE LA LOI DE MEMOIRE HISTORIQUE

53410 Jueves 27 diciembre 2007 BOE núm. 310
22296 LEY 52/2007, de 26 de diciembre, por la que se
reconocen y amplían derechos y se establecen
medidas en favor de quienes padecieron persecución
o violencia durante la guerra civil y la
dictadura.

JUAN CARLOS I
REY DE ESPAÑA
A todos los que la presente vieren y entendieren.
Sabed: Que las Cortes Generales han aprobado y Yo
vengo en sancionar la siguiente ley.
EXPOSICIÓN DE MOTIVOS.....

de la Loi sur le site www.boe.es site du bulletin officiel espagnol.

DEVOIR DE MEMOIRE: Episode 1