A tous les enfants et petits enfants des combattants de l'armée de la République Espagnole,et des forces antifacistes:
Guerilléros,
Brigadistas,
Socialistes,
Communistes,
Anarchistes de la FAI,
Membres du POUM,
Syndicalistes de la CNT
Francs Maçons,
réfugiés de tous
âges, et à tous ceux qui ont combattu pour la Liberté durant la Guerre Civile d' ESPAGNE de 1936, ce blog vous est ouvert pour raconter ou découvrir
LA MÉMOIRE DE NOS PÈRES.


Pour éditer vos documents et témoignages dans ce blog écrivez à l'adresse email ci-dessous, vous pouvez aussi répondre directement dans la rubrique commentaires en fin d'article:
vrann.dansief@gmail.com

LA "RETIRADA"

LA "RETIRADA"
Ils étaient parmis eux...

lundi 6 juillet 2009

LIBERTY A DIT

Afin que ce commentaire ne reste pas inaperçu, exceptionnellement nous publions bien en vue l'analyse que notre fidèle contributeur vient de nous faire. Nous le remercions, car cela nous incite à poursuivre.
Maravillas

Cette vidèo N° 5 ne peut que laisser que des regrets.
Un rêve en marche l'anarcho- syndicalisme a été brisé. Pour beaucoup, le franquisme en serait la cause...
Hélas..! le front " républicain" était composé de courants de pensée inconciliables..!
Les communistes staliniens ont fini par montrer leur vrai visage, c'est à dire de prendre la totalité du pouvoir, par la force contre la volonté de la majorité du peuple,
En tout temps vouloir le bonheur de tous par la force, s'appelle une dictature qu'elle soit de gauche comme de droite.
Pour finir, un souvenir de mon père milicien anarchiste de la première heure,combattant de la Colonne Durruti ,il m'a dit un jour désabusé:

Je n'ai pas eu de chance, au lieu, au front d'avoir les communistes en face je les avais à mes côtés .!

Dans ma famille l'anticommunisme est, ainsi de génération en génération devenu héréditaire.

En conclusion, comment auraient- ils pu être vainqueurs ayant à combattre les franquistes soutenus par les forces de l'Axe, subir la neutralité criminelle des démocraties occidentales, et lutter contre un ennemi intérieur les communistes staliniens.
Ce qu'il ne savaient encore pas, les malheureux, c'est qu'ils auraient à subir les affres de l'exil, les camps de concentrations d' Argelès sur Mer à Buchenwald l'opprobre de bien des français, et leur mépris quand ils ont proposer leur aide..
Mais où donc sont-ils allés chercher cette rage de poursuivre la lutte, de libérer Paris.. dans leur tripes..bien sûr..!
Les survivants n'étaient hélas pas au bout de leur peine,lorsqu'après avoir participé à la Libération de l'Europe, muselé le nazisme, ils se sont vu refusés de reprendre la lutte pour libérer l'ESpagne.
Les Alliés, avaient enfin compris,un peu tard, que le totalitarisme de leurs "amis " d'hier étaient un ennemi mortel des démocraties.
Nous ne referons pas l'Histoire, ce que nous faisons avec ce Blog, c'est de leur éviter l'ultime outrage,l'ultime injustice celle de l'oubli, c'est bien le moins que "los hijos de la retirada, puisse faire.

Aucun commentaire: