A tous les enfants et petits enfants des combattants de l'armée de la République Espagnole,et des forces antifacistes:
Guerilléros,
Brigadistas,
Socialistes,
Communistes,
Anarchistes de la FAI,
Membres du POUM,
Syndicalistes de la CNT
Francs Maçons,
réfugiés de tous
âges, et à tous ceux qui ont combattu pour la Liberté durant la Guerre Civile d' ESPAGNE de 1936, ce blog vous est ouvert pour raconter ou découvrir
LA MÉMOIRE DE NOS PÈRES.


Pour éditer vos documents et témoignages dans ce blog écrivez à l'adresse email ci-dessous, vous pouvez aussi répondre directement dans la rubrique commentaires en fin d'article:
vrann.dansief@gmail.com

LA "RETIRADA"

LA "RETIRADA"
Ils étaient parmis eux...

mardi 5 janvier 2010

Casa España: la maison des souvenirs

La Casa España accueille les Espagnols vivant à Toulouse. Un lieu où ils se retrouvent pour évoquer leurs souvenirs.

Casa España

Casa España

Photo : PF/Metro

José et Isaias ne rateraient pour rien au monde leur traditionnelle partie de dominos à la Casa España dans le quartier des Minimes au nord de Toulouse. Les deux retraités de 74 et 69 ans se rendent tous les jours dans ce grand local qui regroupe une dizaine d'associations espagnoles, situé près du jardin Claude Nougaro. Les parties de dominos, de cartes et d'échecs se succèdent durant tout l'après-midi. On y discute aussi de la pluie et du beau temps, de la famille restée de l'autre côté des Pyrénées...

150 000.
C'est le nombre d'émigrés espagnols qui vivent en Midi-Pyrénées.

"Même quand j'étais en activité je venais le soir, confie José, ici on a le plaisir de se retrouver entre copains". Les deux hommes arrivés en 1967 font partie des émigrés "économiquesé (par opposition aux émigrés "politiques" de la guerre civile de 1936). "Toulouse était un point de chute privilégié car c'est près de l'Espagne", explique José originaire d'un petit village d'Estrémadure confirmant le statut de Toulouse comme "ville espagnole de l'exil". Avant de rejoindre son oncle dans la Ville rose, José a bien tenté de gagner sa vie comme peintre dans le bâtiment à Barcelone. "Mais la vie était trop dure, il n'y avait pas de travail". Donc direction la France. "J'aime tout à Toulouse, les gens sont accueillants, ouverts, elle est cosmopolite", raconte José qui avoue qu'il serait bien retourné dans son pays natal une fois sa retraite prise. "Mais ma femme n'a pas voulu. On est ancrés ici maintenant". Pour les deux hommes, l'Espagne est désormais une destination pour les vacances: "J'y reviens une ou deux fois par an", confie de son côté Isaias tandis que José confirme en opinant du chef. "Mes enfants sont nés ici, maintenant ils vivent et ils travaillent en France".

A partir du 15 janvier 2010, la Casa España organise à l'église des Jacobins une exposition "Peintres de l'exil" consacrée à ces artistes espagnols venus se réfugier à Toulouse durant la guerre civile entre 1936 et 1939.


Aucun commentaire: