A tous les enfants et petits enfants des combattants de l'armée de la République Espagnole,et des forces antifacistes:
Guerilléros,
Brigadistas,
Socialistes,
Communistes,
Anarchistes de la FAI,
Membres du POUM,
Syndicalistes de la CNT
Francs Maçons,
réfugiés de tous
âges, et à tous ceux qui ont combattu pour la Liberté durant la Guerre Civile d' ESPAGNE de 1936, ce blog vous est ouvert pour raconter ou découvrir
LA MÉMOIRE DE NOS PÈRES.


Pour éditer vos documents et témoignages dans ce blog écrivez à l'adresse email ci-dessous, vous pouvez aussi répondre directement dans la rubrique commentaires en fin d'article:
vrann.dansief@gmail.com

LA "RETIRADA"

LA "RETIRADA"
Ils étaient parmis eux...

mardi 4 mai 2010

IL ÉTAIT UNE FOIS LA RÉPUBLIQUE ESPAGNOLE…

Il y a 70 ans, dans notre Région affluait près d’un demi-million de réfugiés Espagnols.
Femmes, enfants, vieillards, soldats républicains fuyaient la Guerre Civile, ses bombardements et la chasse répressive du Général Franco. Ces Espagnols pensaient arriver dans la patrie des Droits de l’Homme et c’est une France économiquement en crise et méfiante envers les Étrangers qui les reçoit. En guise d’accueil, les réfugiés sont parqués derrière des barbelés, séparés de leurs familles, surveillés, déplacés d’un camp à l’autre, forcés au retour en Espagne ou au travail, envoyés au front, abandonnés à l’ennemi allemand,déportés avec la complicité du Gouvernement de Vichy.
Peu de traces aujourd’hui subsistent de cette période sombre de notre histoire régionale,bien que nombre de ces exilés se soient installés et parfaitement intégrés dans notre Région.
Qui se rappelle encore que les plages d’Argelès, de Saint-Cyprien vers lesquelles
migrent chaque été des milliers de vacanciers ont été le théâtre d’une autre forme de
migration bien plus désespérée et dramatique ? Les lieux et les hommes disparaissent
peu à peu mais c'est pour conserver cette mémoire et la diffuser, particulièrement aux plus jeunes, que le Conseil Régional Languedoc-Roussillon souhaite faire circuler
cette exposition dans chacun des départements de la Région puis dans les lycées.
C’est également avec cet objectif que la Région s’est engagée pour la réalisation d’un Mémorial sur le camp de Rivesaltes, lieu symbole de l’internement des “ indésirables”.
Ajoutée au travail d’un tissu associatif régional actif dans la conservation de la mémoire des Républicains Espagnols, cette opération apporte sa pierre au devoir de mémoire envers ces premiers combattants du nazisme.

Georges FRÊCHE
PRÉSIDENT DU CONSEIL RÉGIONAL
LANGUEDOC-ROUSSILLON

1 commentaire:

Syl34 a dit…

A vrai dire, ce n'est pas la municipalité de Georges Frêche! :)
Mais c'est sûr qu'il a le mérite de ne pas laisser dans l'oubli les personnes faisant la France d'aujourd'hui.