A tous les enfants et petits enfants des combattants de l'armée de la République Espagnole,et des forces antifacistes:
Guerilléros,
Brigadistas,
Socialistes,
Communistes,
Anarchistes de la FAI,
Membres du POUM,
Syndicalistes de la CNT
Francs Maçons,
réfugiés de tous
âges, et à tous ceux qui ont combattu pour la Liberté durant la Guerre Civile d' ESPAGNE de 1936, ce blog vous est ouvert pour raconter ou découvrir
LA MÉMOIRE DE NOS PÈRES.


Pour éditer vos documents et témoignages dans ce blog écrivez à l'adresse email ci-dessous, vous pouvez aussi répondre directement dans la rubrique commentaires en fin d'article:
vrann.dansief@gmail.com

LA "RETIRADA"

LA "RETIRADA"
Ils étaient parmis eux...

samedi 11 septembre 2010

A LA MEMORIA DE LOS MINEROS DE ASTURIAS 1934

Paroles de Paul Lançois et musique de Paul Arma.
Cette chanson a été écrite à la mémoire de l'insurrection des mineurs des Asturies, sauvagement écrasée en 1934 par la République espagnole. La général républicain qui, à l'époque, fut chargé de la besogne s'appelait Franco...
En memoria tambien de mi abuelo minero, Ramon Martinez
Su nieto Ferran


Par toute la terre
Chaque prolétaire
A frémi d'un immense espoir.
Ceux d'Oviedo d'un splendide élan
Ont rejeté soudain leur carcan,
Ont pris le pouvoir,
Ceux d'Oviedo.
Ces durs gars tranquilles
De la mine hostile,
Armés d'explosifs de chantier,
Sous leur baratte en bourgeon noir,
Ont pris d'assaut palais et manoirs.
Héros ouvriers,
Ceux d'Oviedo.

A leurs cigarettes,
Allumant la mèche
De leurs grenades de fer blanc,
Pendant des jours ils ont repoussé
Les mercenaires contre eux lancés
Par les gouvernants,
A Oviedo.

Ces sans sou ni maille,
En pleine bataille
Ont protégé les gens, les biens.
Pendant l'horreur de la lutte à mort,
Ils préparaient un plus juste sort :
Les droits et le pain,
Ceux d'Oviedo.

Tremblante de haine,
Lâche et inhumaine,
La réaction les écrasa.
Toute une armée à coups de canons,
Fit d'Oviedo un tombeau sans nom.
Partout on trembla,
Pour Oviedo.

L'âpre bourgeoisie,
Malgré ses tueries,
N'aura nul repos désormais,
Le peuple entier a fremis d'horreur,
Le jour approche où, par son ardeur,
Seront bien vengés,
Ceux d'Oviedo.

1 commentaire:

Anonyme a dit…

Corinne,
Ton blog est intéressant, et surtout, montre que tu portes une grande tendresse à tes grands-parents.
A travers ton blog, tu maintiens la flamme...^^
Seulement, j'ai quand même noté quelques erreurs.
-> D'un coté, tu écris que ton grand-père est sorti du camp de Rivesaltes en 42... et ailleurs, on trouve un doc que t'as mis (doc du Conseil Général),qui atteste qu'il est sorti en 41...

Par ailleurs, la silicose n'est pas un cancer,même si à l'arrivée, les conséquences sont les mêmes...