A tous les enfants et petits enfants des combattants de l'armée de la République Espagnole,et des forces antifacistes:
Guerilléros,
Brigadistas,
Socialistes,
Communistes,
Anarchistes de la FAI,
Membres du POUM,
Syndicalistes de la CNT
Francs Maçons,
réfugiés de tous
âges, et à tous ceux qui ont combattu pour la Liberté durant la Guerre Civile d' ESPAGNE de 1936, ce blog vous est ouvert pour raconter ou découvrir
LA MÉMOIRE DE NOS PÈRES.


Pour éditer vos documents et témoignages dans ce blog écrivez à l'adresse email ci-dessous, vous pouvez aussi répondre directement dans la rubrique commentaires en fin d'article:
vrann.dansief@gmail.com

LA "RETIRADA"

LA "RETIRADA"
Ils étaient parmis eux...

dimanche 19 septembre 2010

Le POUM, Révolution dans la guerre d'Espagne

Prélude à la Seconde Guerre mondiale, la guerre civile espagnole a contribué à révéler la face sanglante et contre-révolutionnaire du stalinisme. En 1995, le film de Ken Loach, Land and Freedom, rend justice au Parti ouvrier d’unification marxiste, le POUM, et rappelle que des tragédies se sont jouées au sein même du camp républicain. Défendant la construction d’un socialisme démocratique, le POUM s'élève très tôt contre les procès de Moscou. Outil au service de la mobilisation populaire, à l'instar des organisations anarchistes, il se lance à corps perdu dans la résistance au soulèvement militaire franquiste tout en accompagnant le mouvement révolutionnaire qui revêt une intensité sans précédent. Pour les staliniens et l'URSS, le POUM constitue de ce fait un obstacle à leur mainmise sur la République. Alors que les milices ouvrières combattent sur les fronts d'Aragon et de Madrid, que des communes paysannes collectivisent les terres, les agents de Staline effectuent leur sale besogne. Arrêté en juin 1937, Andreu Nin est torturé et assassiné. Un procès politique est intenté contre la direction du POUM. Dans la clandestinité, ses militants – dont l'auteur de cet ouvrage – poursuivent malgré tout la lutte en s'efforçant d'échapper à la terreur fasciste comme à la terreur stalinienne. Militant du POUM, secrétaire général de la Jeunesse communiste ibérique en 1936, Wilebaldo Solano livre ici son analyse de ces événements. Nourri par ses souvenirs personnels, par son travail de recherche et par l'apport des archives ouvertes après la chute du mur de Berlin, son témoignage rappelle que s'il « fut minuit dans le siècle », selon le mot de Victor Serge, toute la lumière doit être faite pour que l'espérance révolutionnaire puisse renaître.

1 commentaire:

corinne garcia flores a dit…

Bravo pour cet article. Mon grand père Bartolomé FLORES CANO était contre le poum. Les staliniens ont tué plus d'anarchistes que de franquistes. Quand mon grand père était au front d' Aragon, il est allé voir Manuel AZANA et lui a dit Il y a un problème avec les staliniens, ils sont venus chercher 5 soldats de la CNT et ils les ont assassinés. Manuel AZANA a dit a mon grand père bon je vais voir ce que je peux faire. Et plus tard quand les staliniens sont venus chercher mon grand père, Manuel AZANA leur a dit NON celui la vous me le prenez pas. Voila pour les infos et encore BRAVO