A tous les enfants et petits enfants des combattants de l'armée de la République Espagnole,et des forces antifacistes:
Guerilléros,
Brigadistas,
Socialistes,
Communistes,
Anarchistes de la FAI,
Membres du POUM,
Syndicalistes de la CNT
Francs Maçons,
réfugiés de tous
âges, et à tous ceux qui ont combattu pour la Liberté durant la Guerre Civile d' ESPAGNE de 1936, ce blog vous est ouvert pour raconter ou découvrir
LA MÉMOIRE DE NOS PÈRES.


Pour éditer vos documents et témoignages dans ce blog écrivez à l'adresse email ci-dessous, vous pouvez aussi répondre directement dans la rubrique commentaires en fin d'article:
vrann.dansief@gmail.com

LA "RETIRADA"

LA "RETIRADA"
Ils étaient parmis eux...

vendredi 17 septembre 2010

UNE HISTOIRE DE MINEUR...

A mon père Santiago FLORES

GERMINAL

(EMILE ZOLA)

Je commencerai cet article par un magnifique poème de Victor Manuel el abuelo Victor

Sentado en el quicio de la puerta
el pitillo apagado entre los labios
con la boina calada y en la mano
una vara nerviosa de avellano
que recuerda su frente, limpia y clara
Quizá la primavera deshojada
el olor de la pólvora mojada
o el sabor del carbón mientras picaba

El abuelo fue picador allá en la mina
y arrancando negro carbón quemó su vida

Se ha sentado el abuelo en la escalera
a esperar el tibio sol de madrugada
la mirada clavada en la montaña
es su amiga más fiel nunca le engaña
Temblorosa la mano va al bolsillo
rebuscando el tabaco y su librito
y al final como siempre murmurando
que María le esconde su tabaco

El abuelo fue picador allá en la mina
y arrancando negro carbón quemó su vida


Si...! Mi abuelo tambien fue minero arrancando negro carbon, quemo su vida. Je viens de trouver son livret social quand il était Mineur aux Mines de La Croix ROUSSE à LYON.

Le passé et le présent

Le passé et le présent, les contraires, règles de la loi weilienne de Simone Weil, philosophe. Dans ce cas, mon travail a été l'absent et le présent à travers l'absent. Comprendre son présent et vivre l'absent et faire en sorte que l'absent soit toujours présent et vivant.

"Ceux qui ne connaissent pas leur passé sont destinés à le revivre" André MALRAUX.

EL CAMINO DE LA LIBERTAD

La route de la liberté m'a conduite, il y a peu de temps, aux Mines de FIGOLS, là où pour lui tout a commencé.

J'ai visité les mines deux fois et quelle émotion ! Mon grand père Bartolomé FLORES CANO a travaillé là-bas et je l'ai vu dans le film. Il avait organisé une grève de 2 semaines, suite à la mort d'un mineur provoquée par un coup de grisou. Mon grand père avait été terriblement choqué, il avait attrapé des ganglions dans tout son corps et son combat, après, a été pour la veuve et l'orphelin. Car le patron vivait dans le château et les autres dans les logements pour les mineurs et la femme et ses enfants se retrouvaient à la rue. La seule chose à laquelle ils avaient droit, c'était du charbon gratuit pour se chauffer. Durutti a pris mon grand père sous sa protection, car dans le contexte historique, on n'avait pas le droit de faire la grève, sinon on était assassiné. C'est peut être pour cette raison qu'il a tant aimé Victor HUGO et les Misérables et qu’il n'a jamais voulu qu'on lui souhaite sa fête pour la Saint Bartolomé, à cause du massacre de la Saint Barthélémy, de leur mauvaise reine MARGOT roman d'Alexandre DUMAS et du massacre des Innocents.

Et voici le livret social de mon grand père BARTOLOME FLORES CANO du 11 décembre 1942, délivré par le Secours National du département du Rhône, sous le numéro de série B 170277. On peut y lire sur la première page "Mineur Tunnel de la Croix ROUSSE", sur la deuxième, ses ressources et sur la dernière page, la seule aide qu'il a eue de la part de la Croix ROUGE suisse : un versement de 800 F, tandis que du Comité, 1 manteau, 1 veste, 1 jaquette, 1 culotte et...Je m’arrête là, quelle tristesse !... Hay mi minero que negrito que estaba, minero del alma mia.

La famille de Bartolomé FLORES CANO venait de sortir des camps de Rivesaltes le 18/07/1942. Mon grand père était sorti grâce à Andres ALONSO GOMEZ. Un an auparavant et Andrés Alonso GOMEZ de ALMERIA, dans le tunnel, faisait le travail que mon grand père ne pouvait pas faire à cause de ses blessures et de son poids : 37 KG. Ainsi il lui a sauvé la vie. Ils ont tous habités à la "Cour des miracles" 34 rue Joannes MASSET à Vaise. Andres et sa femme Encarna avaient déjà à la "Cour des miracles" un membre de leur famille : un mineur, Franscico PEREZ dit PACO qui vivait là-bas avec sa compagne, Rosa.

C'est Rosa qui, tout de suite, avec sa grande bonté s'est occupée d'Andrés et de mon grand- père. Elle leur lavait mais aussi les bleus de travail. Quand ma grand- mère est revenue des camps, elle est tombée malade : une grave bronchite et Rosa a tout laissé tomber chez elle, bien qu'ayant six enfants, dont deux d'un premier mariage, 2 enfants de Paco Perez et les 2 derniers de PACO et d'elle, pour s'occuper d’eux.

Aux archives de la résistance, à LYON - (avenue Berthelot) - j'ai découvert que plus de 100 000 tziganes ont été envoyés du Camps de Rivesaltes aux camps d’Auschwitz où ils ont été exterminés. La danse et le chant des gitanes, qui veut dire le chant et la danse de l’âme, s’est tut pour toujours, c'est devenu un chant funèbre, le chant du SILENCE.

Le tunnel de la Croix Rousse à Lyon était aussi le fief d’un grand noyau de la résistance avec leur patron Monsieur André BORIE des Ets Borie, qui était avant tout ouvrier et résistant et le fils ainé de Rosa, Antonio FLORES était dans la résistance avec mon grand père.

Monsieur BORIE traitait très bien ses ouvriers, il travaillait avec eux. Les mineurs avaient donné à mon grand père et à Andrès, le brassard de la Résistance (Défense) passive, ainsi ils pouvaient circuler partout.

Quand, en Novembre 1948, mon grand père a appris le décès de son père, Monsieur Borie est venu chez lui pour lui présenter ses condoléances.

Quand le chantier prenait du retard et que les mineurs devaient faire des heures supplémentaires, Monsieur Borie les emmenait chez lui pour manger avec eux, à la bonne franquette.

Mes grands parents Bartolomé et JUANA sont devenus très amis avec ROSA et Paco, à la "Cour des miracles", à Vaise. Rosa est née à Cueva Almeria, Alméria en arabe veut dire le miroir de la mer. Notre amie gitane Rosa a vécu une véritable tragédie le jour de l’inauguration du tunnel de la Croix Rousse, le 20/04/1952, et pourtant cela devait être un jour de fête...Ils étaient au Banquet, ils ont retrouvé Paco PEREZ complètement décapité entre les rails, ils ont dit à Rosa que c’était un accident, pour l'épargner, mais pour les mineurs aussi bien français qu'espagnols, Paco PEREZ avait été assassiné à cause de ses idées. Il était anarchiste. Monsieur Borie a donné plus d'un an de solde à ROSA et tous les Mineurs se sont cotisés jusqu'à ce qu'elle puisse toucher quelque chose. Ma question est : Qui avait intérêt à faire assassiner Paco PEREZ ? De son travail à la Croix Rousse il rentrait tranquillement chez lui à la "Cour des miracles" à Vaise. Qui est le nouveau HARDY qui a fait assassiner Paco PEREZ et l'a dénoncé depuis la "Cour des miracles", et à qui a profité sa mort ?.... Paco PEREZ est enterré au cimetière de Loyasse, Paco a laissé une veuve et 6 enfants.

Pour l'anecdote, Rosa avait une grande amie qui était CARMEN AMAYA. Un jour, après son concert au Palais d'hiver, Carmen AMAYA est allée chez Rosa à la " Cour des miracles" et Rosa a invité mes grands parents. Ils ont fait la fête toute la nuit. Comme ma mère était malade, elle n'avait pas pu aller chez Rosa, alors Carmen AMAYA est allée la voir et l'a embrassée. Des années plus tard, entre 1952-1958 ma mère, avec la "jeunesse libertaire" est allée voir Georges BRASSENS au Palais d’Hiver de Lyon. Georges Brassens les a félicités, leur disant qu'il aimait leurs idées et qu'il souhaitait les revoir.

Mes grands parents ont retrouvé ROSA en 1985 à Barcelone.

Aujourd’hui, qui se souvient de Paco et Rosa ? Qui se souvient des Mineurs du Tunnel de la Croix Rousse à LYON ?...Aucun hommage !

Le Tunnel de la Croix Rousse à LYON est devenu "Le tunnel et le Mont de l'oubli" de ROSA et Paco......., aranjuez mon amour immortalisé à tout jamais par le grand Paco de LUCIA.

L'éveil des consciences ce n’est pas fermer les portes de l'Histoire c'est les ouvrir.

Corinne GARCIA FLORES

Aucun commentaire: