A tous les enfants et petits enfants des combattants de l'armée de la République Espagnole,et des forces antifacistes:
Guerilléros,
Brigadistas,
Socialistes,
Communistes,
Anarchistes de la FAI,
Membres du POUM,
Syndicalistes de la CNT
Francs Maçons,
réfugiés de tous
âges, et à tous ceux qui ont combattu pour la Liberté durant la Guerre Civile d' ESPAGNE de 1936, ce blog vous est ouvert pour raconter ou découvrir
LA MÉMOIRE DE NOS PÈRES.


Pour éditer vos documents et témoignages dans ce blog écrivez à l'adresse email ci-dessous, vous pouvez aussi répondre directement dans la rubrique commentaires en fin d'article:
vrann.dansief@gmail.com

LA "RETIRADA"

LA "RETIRADA"
Ils étaient parmis eux...

samedi 26 février 2011

J'AI DES DOUTES

La jeunesse d'une partie du monde s'enflamme et veut se débarrasser de ses chaînes. Je ne peut que penser à l'Espagne des années 1934_1938. Ce soir j'ai des doutes...

vendredi 25 février 2011

LIBERTARIAS



vendredi 18 février 2011

mardi 15 février 2011

vendredi 11 février 2011

mardi 8 février 2011

Autour de Garcia Lorca

par la "Quinte sauvage"

en français, italien, espagnol, yiddish,

occitan, chants poétiques, chants

traditionnels, de Brassens à Bella Ciao.

Samedi 19 février 17h

Entrée libre

Médiathèque d’agglomération

F. Garcia Lorca

162 av. de Palavas

34070 Montpellier

lundi 7 février 2011

jeudi 3 février 2011

UNE FORME DE TÉMOIGNAGE TEL QUE NOUS LES AIMONS

L’exil et les barbelés

Colette Berthès

En ce mois de mars 1939, devant les colonnes de réfugiés espagnols les Septfontois sont partagés : curiosité pour tous, méfiance – la plupart – sympathie de la part d’une minorité et pour certains une hostilité très forte qui perdurera pendant des années.

Le premier convoi, un millier d’hommes environ arrive en gare de Caussade, le 4 mars.

Il est prévu deux trains par jour. Les miliciens sont escortés, tels des prisonniers ou des malfaiteurs, par les soldats français « à cheval, avec sabre et mousqueton mais sans cartouche, un soldat tous les vingt cinq mètres ».

Ils ont tout perdu ; la guerre bien sûr et aussi leurs biens, leur famille et leur liberté, ils n’ont plus nulle part où aller. Le pays de la Révolution Française qu’ils admirent tant leur offre, pour tout abri, quelques hectares de boue entourés de barbelés.

Rien n’est prêt pour les accueillir.

Colette Berthès a passé son enfance et sa jeunesse dans le bas Quercy entre Lot et Tarn-et-Garonne, en particulier à Septfonds et Montauban. Elle a ensuite vécu à Paris et au Moyen Orient avant de revenir « au pays ». Mille métiers, de la Poste aux services sociaux en passant par l’animation socio-culturelle, la formation, le travail auprès de réfugiés et même France Télécom ! Elle est engagée dans plusieurs associations, en particulier Lutte pour la Justice, qui se bat pour l’abolition de la peine de mort aux Etats Unis. « L’exil et les barbelés » est son troisième ouvrage.

Riveneuve Éditions

75 rue de Gergovie

75014 Paris

www.riveneuve.com

01 45 42 23 85

Service presse

editionsriveneuve.presse@gmail.com