A tous les enfants et petits enfants des combattants de l'armée de la République Espagnole,et des forces antifacistes:
Guerilléros,
Brigadistas,
Socialistes,
Communistes,
Anarchistes de la FAI,
Membres du POUM,
Syndicalistes de la CNT
Francs Maçons,
réfugiés de tous
âges, et à tous ceux qui ont combattu pour la Liberté durant la Guerre Civile d' ESPAGNE de 1936, ce blog vous est ouvert pour raconter ou découvrir
LA MÉMOIRE DE NOS PÈRES.


Pour éditer vos documents et témoignages dans ce blog écrivez à l'adresse email ci-dessous, vous pouvez aussi répondre directement dans la rubrique commentaires en fin d'article:
vrann.dansief@gmail.com

LA "RETIRADA"

LA "RETIRADA"
Ils étaient parmis eux...

vendredi 29 octobre 2010

IN MEMORIAM
MARAVILLAS, ma mère c'est éteinte la 18 octobre 2010.

Née à CEHEGÌN Province de Murcia, après avoir essuyé les bombardement des hordes franquistes en Espagne, elle a vécu avec mon père combattant de la liberté, une vie heureuse en France, faite de travail et d'une vie sociale très riche, parmi la communauté Espagnole de Montpellier, notre seule famille.
Je lui dois beaucoup.
Je continuerai mon travail de veille sur la toile de "Hijos de la retirada" en signant toujours avec son prénom.
Son fils.

dimanche 24 octobre 2010

Le gouvernement publie la liste des fusillés pendant la Guerre Civile

Rédaction - 21/10/2010 | eitb.com |
Laissez un commentaire

La liste totale des personnes fusillées ou disparues atteint le chiffre de 8.500 noms, dont 7.300 correspondent à Euskadi. Le site présente, pour la première fois, la Carte des Fosses.


exhumacion la tejera foto: gobierno vascoagrandir image

Le Gouvernement basque publie des fusillés pendant la Guerre civile. Photo : EFE

La Direction des Droits de l'Homme du Gouvernement basque a publié sur Internet laCarte des Fosses d'Euskadi et la liste des noms des personnes fusillées et/ou disparues au Pays Basque pendant la Guerre Civile (1936-39) et le franquisme (1939-75).

Il s'agit d'un site d'information qui va continuer à se développer en fonction de nouvelles découvertes. Il est conçu comme un espace de réparation morale et de reconnaissance sociale envers les victimes.

La Carte des Fosses fournit de l'information détaillée sur les terrains qui accueillent près de cinq cents fosses communes, avec des infos sur leur emplacement, leurs caractéristiques et sur les rapports préliminaires et d'exhumation.

La liste des personnes fusillées et/ou disparues inclut actuellement 8560 noms, dont 7 336 correspondant à des habitants de la Communauté autonome basque. Le but est de rendre hommage à ces victimes, un "acte de récupération de la mémoire qui permet de rompre le silence qui "étouffe" ceux qui ont lutté en défense de la liberté et des valeurs démocratiques".

L'initiative s'inscrit dans le cadre de la loi sur la mémoire historique, officiellement appelée "Loi pour que soient reconnus et étendus les droits et que soient établis des moyens en faveur de ceux qui ont souffert de persécution ou de violence durant la Guerre civile et la Dictature". Cette loi veutreconnaître les victimes du franquisme.

La loi inclut la reconnaissance de toutes les victimes de la guerre civile espagnole (1936-1939) et de la dictature de Franco (1939-1975), l'ouverture des fosses communes (dans lesquelles se trouvent les restes des victimes) réalisées jusque là, dans l'attente de subventions de l'État, par des associations privées ou publiques locales (comme les Communautés autonomes), ou encore le retrait des symboles franquistes dans les espaces publics.

L'article 12.2 établit que les Administrations publiques élaboreront et mettront à disposition de toutes les personnes intéressées des cartes avec les terrains où se trouvent les fosses communes.


mardi 12 octobre 2010

dimanche 10 octobre 2010

mercredi 6 octobre 2010

lundi 4 octobre 2010

Frontière pyrénéenne et camps de réfugiés espagnols (janvier-février 1939)

Source : article de David Tormo : « Les camps de réfugiés en Catalogne Nord » in La guerra civil a Catalunya 1936-1939. 2005. Ed 62, Vol 4, p. 201.

dimanche 3 octobre 2010

LA BD DE LA SEMAINE

"L’Ange de la Retirada" par P. Roca et S. Dounovetz

dimanche 26 septembre 2010, par Bdzoom

Chaque livre de l’Espagnol Paco Roca est à marquer d’une pierre blanche, et ce, depuis la traduction de ses premiers ouvrages en langue française aux éditions Erko : « Le Jeu lugubre » (en 2002), une terrifiante fiction autour de la vie de Salvador Dali, ou le plus conventionnel « Les Voyages d’Alexandre Icare : Les fils de l’Alhambra » (en 2003).