A tous les enfants et petits enfants des combattants de l'armée de la République Espagnole,et des forces antifacistes:
Guerilléros,
Brigadistas,
Socialistes,
Communistes,
Anarchistes de la FAI,
Membres du POUM,
Syndicalistes de la CNT
Francs Maçons,
réfugiés de tous
âges, et à tous ceux qui ont combattu pour la Liberté durant la Guerre Civile d' ESPAGNE de 1936, ce blog vous est ouvert pour raconter ou découvrir
LA MÉMOIRE DE NOS PÈRES.


Pour éditer vos documents et témoignages dans ce blog écrivez à l'adresse email ci-dessous, vous pouvez aussi répondre directement dans la rubrique commentaires en fin d'article:
vrann.dansief@gmail.com

LA "RETIRADA"

LA "RETIRADA"
Ils étaient parmis eux...

jeudi 15 novembre 2012

Cérémonie en hommage aux volontaires Catalans des deux guerres mondiales

DISCOURS DU PRÉSIDENT DU CERCLE CATALÀ DE MARSEILLE Francesc PANYELLA  
( à gauche sur la photo )

Nos premiers mots seront destinés à remercier, Monsieur Jean-Claude Gaudin, Sénateur - Maire de Marseille, et Monsieur José Allegrini, adjoint aux Anciens Combattants, qui nous ont permis d’apposer cette plaque souvenir sur les murs d’un des monuments le plus emblématiques de la ville.

            Nous voulons saluer la présence parmi nous de Madame Maryse Olivé, déléguée du Gouvernement de la Catalogne en France,en poste à Paris.

            Monsieur Henry Farreny, Vice Président de l’Amicale des Anciens Guerrilleros et maquisards Republicains Espagnols en France. Je voudrais rappeler que son père fut un membre actif de la résistance marseillaise.

            Monsieur Joaquim Arbat, membre du Cercle Catalan, en représentation du Consul de l’Etat espagnol à Marseille.

            Souvent, très souvent, quand on parle des relations entre la Catalogne et la Provence on se limite aux paroles de la Coupo Santo.

            Certes, les relations de cette période furent très importantes, mais celles du XX siècle on comporté un engagement essentiel, qu’aujourd’hui nous matérialisons sur la pierre et que nous léguons aux générations futures.

            Au cours de la guerre 1914/1918, répondant à l’appel du Maréchal Joffre, fils de Rivesaltes, furent nombreux les catalans qui s’engagèrent aux côtes de la France.

            A la fin de la guerre, une partie de ces combattants resteront à Marseille et aux côtes d’autres catalans, surtout des ouvriers qui sont venus pour assurer la production dans les usines marseillaises, fonderont le Cercle Català de Marseille.

            Au cours de la 2éme. Guerre Mondiale, les catalans, aux côtes de nombreux espagnols républicains, on pris part aux combats pour la liberté de la France, comme continuation de son combat pour la démocratie au cours de la guerre d’Espagne.

            Nous citerons brièvement quelques noms qu’illustreront nos propos:

            Lluís Companys, Président du Gouvernement de la Catalogne, arrêté par la Gestapo. Livré à Franco. Fusillé à Barcelone le 15 octobre 1940.

            Conrad Miret. Qui avec l’arménien Manouchian, fut en des créateurs du mouvement des étrangers dans la Résistance. Arrêté à Paris par la Gestapo en 1942. Mort sur la torture.

            Son frère, Josep Miret, Ministre du Gouvernement de la Catalogne, arrêté quelques mois plus tard. Mort en déportation.

            Et plus près de nous. Le père de notre ami Patrice Segovia. Fusillé à Orange par les allemands.

            Carmé Boatell, arrêté à Marseille, Déporté à Ravensbrück.

            Marie Teresa las Heras, arrêté à Marseille.

            Son mari, Basile, arrêté a Gardanne, déporté à Dachau.

            Et parmi les combattants nous voulons citer Antoine Vilatarsana, président du Cercle Catalan, combattant dans le maquis cévenol, commandé par le républicain espagnol Cristino Garcia, qui sera fusillé par Franco en 1946. Il participa, entre autres faits, à la libération des détenus politiques de la prison de Nîmes, à la bataille de La Madeleine.

            Et nos voulons parler de Victor Terradès, fils d’uns des fondateurs du Cercle Catalan. Engagé au commencement de la guerre, n‘accepta jamais la capitulation de Pétain et s’enrôla tout de suite dans les combats de la clandestinité et la résistance jusqu’à la libération.

            Pour les premiers, pour ceux de 1914/1918, le grand poète catalan, Apel.les Mestres, qui a été décoré de la Légion d’Honneur pour sa labeur en défense de la France, a écrit, pour ces combattants anonymes, un poème épique à la gloire de son courage face aux envahisseurs.

No passareu!

No passareu                                                  Vous ne passerez pas
I si passeu,                                                     et si vous passez.
serà damunt d’un clap de cendres.             Sera sur en tas de cendres.
Les nostres vides les prendreu,                   Vous prendrez nos vies
Mes el nostre esprit                                     Mais notre esprit
No el podreu prendre.                                             Vous ne pouvez pas le prendre
Par això clamem:                                          C’est pour ça que nous clamons
Per més que feu,                                           Malgré ce que vous ferez,
No passereu                                                  Vous ne passerez pas

            Pour les autres, pour ceux de la dernière guerre, nous ignorons si connaissaient la littérature française et en particulier le poète Paul Eluard.

            D’une chose nous sommes certains. Avec leur courage, avec leur sang, avec leur sueur et leurs larmes, ont su écrire un grand mot, un mot qui n‘a pas de prix:
Liberté!

lundi 5 novembre 2012